www.faune-alsace.org
 Visiteur Anonyme  [S'inscrire]
VisionatureVisionature
http://odonat-alsace.org/ http://odonat-alsace.org/sites/default/files/equipe/FauneAlsace/VisioNatureMonde.swf
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
Agenda, news, infos et stats
Consulter cartes et listes
Priorités 2017
 - 
Programme inventaires 2017
 - 
Espèces annexe 2
  Territoires
    - 
Atlas entomologiques
    - 
Pression d'observation globale
* OISEAUX
* MAMMIFÈRES
* REPTILES & AMPHIBIENS
** ÉCREVISSES
 - 
Identification écrevisses
** LIBELLULES
** ORTHOPTÈRES
** RHOPALOCÈRES
** HÉTÉROCÈRES
** CIGALES
** NÉVROPTÈRES
** MÉCOPTÈRES
** GRANDS BRANCHIOPODES
** MOLLUSQUES
 - 
Groupe malacologique
 - 
Saisie et validation
 - 
Base historique
 - 
Cahiers techniques
  Fiches espèces Mollusques
    - 
Clausilie rougeâtre
    - 
Escargot des forêts
    - 
Fuseau oriental
    - 
Hélice carénée
 - 
Références
** AUTRES ARTHROPODES
Aide et ressources
Les liens

Fuseau oriental

Le Fuseau oriental Cochlodina fimbriata (Rossmässler, 1835)

Le Fuseau oriental est une espèce centre-européenne (alpes, alpes apuanes, montagnes dinariques jusqu'en Croatie et Carpates) (Welter-Schultes, 2012). Il est inféodé aux milieux humides dans les forêts de montagne où il vit parmi les rochers. Il est plus calciphile que C. laminata.

Cette espèce n’apparaît pas dans le catalogue de Devidts (1979). Elle est citée en Alsace par Haas (1929). Falkner et al. (2002 : note 166) attestent par ailleurs de la présence de l'espèce à Ferrette en 1998 sur une donnée non publiée de N. Nordsieck, citation qui constituait la seule mention contemporaine du Fuseau oriental dans le Jura alsacien.

En avril 2016, l'espèce est à nouveau signalée par Kevin Umbrecht dans la forêt domaniale de St-Pierre-Lucelle au niveau du Riesenkopf.

http://files.biolovision.net/www.faune-alsace.org/userfiles/mollusques/milieupourlesdeuxespecesCfimetNsax.jpg

La coquille est très proche de C. laminata, mais s’en distingue par un callus palatal blanc plus ou moins développé et parallèle aux stries d’accroissement. La dent palatale inférieure est nettement plus courte que chez C. laminata et difficilement visible en vue frontale (Kerney et al., 2015 ; Gargominy & Neubert, 2011).